18 septembre 2020

Amitié France Madagascar

Association loi 1901 d’Intérêt général

Vulgarisation agricole pour l’autosuffisance alimentaire

Groupement Andranomalenatra

Objectif et résumé du projet

L’ objectif poursuivi est de professionnaliser les agriculteurs afin qu’ils aient un revenu correct et régulier en intensifiant et diversifiant durablement leurs productions agricoles pour atteindre l’autosuffisance alimentaire.

Groupement Tsinjo Aina


En 2016 et 2017, des vitrines agricoles  ont été créées; elles sont des centres de formation, d’expérimentation, de démonstration et des relais de vulgarisation en faveur des autres familles des villages concernés.

Compte tenu :

    • des résultats très satisfaisants obtenus,
    • des compétences avérées de l’équipe de développement Tsinjo Aina composée d’un ingénieur agronome, chef de projet local et de cinq techniciens,
    • des demandes et de la motivation des familles des autres villages,

Il est opportun de passer au stade beaucoup plus large de la vulgarisation agricole dans l’ensemble des 18 villages du district (3 000 familles et environ 23 000 habitants) pour toucher le maximum de familles (70%).

Enfants de Kélilalina


Le projet de vulgarisation agricole démarre le 1er Juillet 2018.

Dans un premier temps (du 1er Juillet 2018 au 31 Décembre 2018), la structure est mise au point, les outils de suivis et d’évaluation sont élaborés:

Une structure efficace pour un développement durable

Equipe Tsinjo Aina

L’équipe de développement

très professionnelle, motivée et dynamique comprend le chef de projet, ingénieur agronome, Benja Andriamanalina, une équipe de coordination et des techniciens.

Les antennes Tsinjo Aina

Créées dans chaque village, elles représentent les groupements et l’ensemble des familles; ces animateurs de proximité relaient le rôle des techniciens pour démultiplier rapidement leurs interventions et avoir une présence constante auprès des bénéficiaires.

Les Comités Locaux de Développement (CLD)

Structures d’animation au niveau de chaque village ou quartier dotées de semences, volailles, porcs permettant de faire des petites vitrines de démonstration, de formation et d’expérimentations.

Les groupements de paysans

Créés au niveau de chaque CLD, dans chaque village et quartier.

Des outils efficaces pour suivre les évolutions et évaluer les actions

    • Mesurer le taux d’adhésion des familles au projet.
    • Suivre les activités de chaque CLD et village .
    • Suivre les activités des familles pour mesurer leurs évolutions socio-économiques et leurs capacités à améliorer et étendre leurs activités de production et sources de revenu ainsi que leur capacité entrepreneuriale, la scolarisation des enfants.

Actions de sensibilisation, formation, appui-conseil, évaluation

    • Former les membres des antennes, des Comités Locaux de Développement et des groupements de paysans aux valeur Tsinjo Aina, à l’animation de groupes.
    • Former les agriculteurs aux techniques agricoles et à la gestion de l’exploitation.
    • Développer les capacités productives des familles par une intensification et une diversification durables des productions.
    • Mettre à leur disposition des moyens de production adaptés (semences de qualité, plants, arbres fruitiers, cheptel).
    • Renforcer la fertilité des sols par la fabrication de compost biologique.
    • Améliorer les soins du bétail (aviaire, porcin et bovin) par l’alimentation et les vaccinations.
    • Valoriser les différentes filières de production au niveau de chaque famille.
    • Étaler la production et les revenus sur toute l’année, afin de réduire la période dite «de soudure» et l’endettement chronique.
    • Créer un écosystème durable en privilégiant les potentialités naturelles que sont la terre et le travail.


Le programme de vulgarisation durera au moins cinq ans mais les financements de notre association s’arrêtent le 30 Juin 2020.

En effet, à partir de Juillet 2020, l’association locale partenaire Tsinjo Aina a l’autonomie financière pour payer les salaires de l’équipe de développement, grâce aux revenus de l’exploitation du géranium bourbon démarrée en 2015 sur les sites de Kélilalina et de Ihazolava ainsi que ceux des autres activités génératrices de revenus de Kélilalina et Ihazolava (élevage aviaire, porcin, légumes divers, riz).

Bénéficiaires

Le district comprend 2 965 familles (population de 23 000 habitants) et les bénéficiaires appartiennent aux catégories sociales suivantes:

    • Familles d’agriculteurs.
    • Associations de Jeunes qui comprennent que l’agriculture familiale est une source de revenus et de développement durable afin de ne plus être attirés par l’exode rural vers les villes.
    • Enfants par le biais des cantines scolaires.
    • Familles des villages voisins qui s’approvisionnent en cultures vivrières, volailles, œufs et seront les futurs bénéficiaires directs.
Tsinjo Aina donne des porcs aux CLD en Décembre 2019
Tsinjo Aina donne des porcs aux CLD en Décembre 2019

 

Cantine scolaire
Tsinjo Aina aide à la mise en place de cantines scolaires

 


Des visites d’échange des pratiques culturales entre paysans sont organisées dans le district et éventuellement à l’extérieur pour renforcer les compétences de chacun et s’ouvrir à des projets novateurs ainsi qu’aux meilleures pratiques.

Des réseaux de groupement sont créés pour assurer la mise en œuvre d’actions communes, l’étude de projets de développement locaux dans les domaines de la santé, éducation, assainissement, eau potable, hygiène, sécurité, énergie, etc.


Financements

L’agence Micro projets a accordé 15 000 euros pour financer le projet dont le coût s’est élevé à presque 40 000 euros.

Le bilan rédigé par les deux chefs de projets (Benja et Chantal) a été validé le 12/8/2020 par l’AMP.


Suivi du projet : Mission Avril/Mai 2019

Lors de la mission de Chantal /Yves Blancand et Andrée Logli en Avril Mai 2019, le succès de ce projet a été constaté et la synthèse des remarques les plus fréquentes des bénéficiaires interrogés dans les villages figure ci-dessous:

  • Ils ont évolué économiquement depuis qu’ils adoptent les méthodes culturales Tsinjo Aina et la diversification des productions; le calendrier cultural mis en place leur permet de se développer encore plus. La culture de riz pluvial et les cultures de contre saison se généralisent au-delà des groupements officiels.
  • Ils n’achètent plus de riz et pratiquement plus de légumes.
  • Ils vendent riz et légumes et envisagent d’augmenter les surfaces cultivées pour vendre encore plus.
  • Les vaccinations des volailles se généralisent et il n’y a plus de mortalité.
  • Ils n’ont presque plus de difficulté pendant la période de soudure.
  • Ils scolarisent leurs enfants, y compris en secondaire et parfois au lycée, ce qui était impossible avant.
  • Ils améliorent leur habitat, agrandissent et parfois font construire.
  • Ils font évoluer leur cheptel de volailles, porcs, zébus et peuvent épargner et réinvestir.
  • Ils ont la capacité de se soigner, de faire face à des coups durs tels que maladie grave, décès.
  • Ils prévoient, anticipent et mettent en place des petits projets pour améliorer encore plus leurs conditions de vie.

La vidéo ci dessous a été réalisée à partir des éléments recueillis au cours de la mission d’Avril 2019 en visitant 14 villages.


Un petit diaporama sur la musique de Eric Manana


Plate forme carottes

Avec Aimé, technicien agricole, nous visitons un site appelé «plateforme carottes» qui s’étend sur une superficie de 35 hectares réparties sur plusieurs communes.
En 2018, 50 tonnes ont été vendues dans différentes villes : Tananarive, Mahajunga, Tamatave, Tuléar.

Aimé, technicien au site carottes
Aimé, technicien au site carottes

Site carottes

Cette culture engendre un très grand développement économique de la région et remplace la pomme de terre qui a été abandonnée en 2008 pour des raisons sanitaires alors qu’elle était exportée à l’ile Maurice.


Bilans

Le 30 Juin 2020, deux ans après la mise en place du projet, 70% de la population du district a bénéficié des actions de formation et les familles appliquent correctement les méthodes de culture et d’élevage aviaire et porcin.

graphiques productions

 

En 2020, 843 tonnes de riz pluvial ont été produites, 545 tonnes de carottes, 221 tonnes de légumes divers sur plus de 200 hectares de terres précédemment infertiles et vierges.

En ajoutant les volailles et porcs vendus, le chiffre d’affaires global pour le district s’élève à 1 200 000 euros, soit une moyenne annuelle de 728 euros par famille. Sans compter les productions consommées !

En 2019, moins de 60% des familles du district participaient au programme, la vente des productions a été de 468 000 euros sur une superficie de 100 hectares environ; ces chiffres montrent le développement important des actions et des rendements. 

Pour la campagne de cultures 2020/2021, 230 familles nouvelles se sont mobilisées (potirons, riz, volailles, porcs) et l’équipe Tsinjo Aina a distribué 80 kg de semences de riz pluvial alors que l’état d’urgence sanitaire provoqué par la pandémie Covid-19 restreint les interventions, rassemblements, formations; mais des approches adaptées à la situation ont été trouvées par l’équipe.

Pour connaitre le détail des productions par nature de cultures, villages avec le nombre de familles mobilisées, surfaces cultivées, rendements, etc , cliquez sur ce document


Des initiatives sont enregistrées pour créer des structures de développement parallèles qui dépassent le cadre de l’agriculture et de l’élevage et ont pour objectif «la promotion féminine et la mobilisation des familles à entrer dans le monde de l’entrepreneuriat» : l’association des femmes, Association des Mamans Indépendantes (AMI) qui développe progressivement depuis le mois de Mars 2020 des actions avec la mise en place de :

    • Comités d’Informations et de Documentation dans trois villages (CDI) : création d’une mini-bibliothèque, distribution de fiches techniques, partage de conseils, mise à la disposition des familles de semences et de produits vétérinaires et phytosanitaires, conseils en matière de nutrition.
    • Deux ateliers d’artisanat ( Sahamadio et Ihazolava)
    • Institut supérieur de formation qui permettra aux jeunes bacheliers d’avoir de bonnes bases avant d’entrer dans la vie professionnelle, de mieux maîtriser les outils de communication et les technologies numériques.
Bureau Association des femmes
Bureau Association des femmes

Compte tenu du dynamisme de ces structures de proximité, le chef de projet local a jugé opportun de les mobiliser pour mettre en place des actions de prévention pour lutter contre la pandémie Covid (incitation de la population à consulter sans tarder les centres de santé, sensibilisations aux gestes barrière dans les villages et écoles, fabrication par les deux ateliers et distribution de 23 000 masques et 90 lave- mains)


Pour plus de détails sur les réalisations, lisez les bilans

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Amitié France Madagascar :
Assemblée Générale 2020 :
Vendredi 9 octobre,
à 15H30 Salle polyvalente du Bouzet
route de Canéjan
à CESTAS 33610

RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
LinkedIn
Share