Popularité de cet article

19%

L’aide à la commune d’Anosivavaka

, par  webmestre1 , popularité : 19%

Avec la fondation Provictimis de Genève, Amitié France Madagascar a étudié, construit et mis en place un dispensaire de 64 m2 et un centre social de 400 m2, les deux inaugurés en janvier 2000.

Le dispensaire :

Le dispensaire fonctionnait avec un médecin, le docteur Josée Ramanana, une aide-soignante et une infirmière.

JPEG - 30.6 ko
M. Joseph Noël, Dr. Josée et M. Justin
JPEG - 28.6 ko
dispensaire d’Anosivavaka (2000)

Dès 1995, les premiers bénévoles recherchent et trient des médicaments non utilisés (MNU) ayant au minimum deux ans de validité afin de les expédier au dispensaire d’ Anosivavaka.

De 1995 à fin 2008, environ quinze mètres cubes de médicaments ont été envoyés chaque année. Grâce à ces médicaments, le dispensaire avait atteint une autonomie financière. Mais en janvier 2009, une loi européenne interdisant l’envoi de MNU mettra un terme à ce travail de recherche et d’envoi de médicaments

JPEG - 26.5 ko
Anosivavaka : La réserve de médicaments ( 2010)

Le dispensaire était devenu financièrement autonome et se rémunérait par le produit des consultations, les médicaments étant distribués gratuitement aux plus démunis.

En janvier 2009 l’arrêt d’envoi des médicaments MNU entraine l’arrêt du dispensaire mais des solutions sont recherchées pour son éventuelle réouverture.

Le centre social :

Le centre social est un bâtiment de 25 mètres de long avec au rez-de-chaussée, une grande salle qui peut servir aux fêtes, aux mariages, à la pratique du sport, mais aussi d’abri lors du passage d’un cyclone.

A l’étage, deux salles destinées à l’atelier de couture et broderie, une pour l’informatique, deux salles pour la bibliothèque qui comprend quatre mille livres en langue française, envoyés par l’association.

JPEG - 36.7 ko
centre socio-culturel (2000)

Navigation

Annonces

Soutenir par un don