Popularité de cet article

11%
Cet article a une popularité absolue égale à 2 sur 10, soit 11 %. Au total, ce site a environ 240 visites par jour.

Vulgarisation agricole pour l’autosuffisance alimentaire

vendredi 29 juin 2018
par  presBLAN2qx
popularité : 11%

 Objectif et résumé du projet

L’ objectif poursuivi est la vulgarisation au service de la professionnalisation des agriculteurs afin de leur permettre d’obtenir un revenu correct et régulier en intensifiant et diversifiant durablement leurs productions agricoles pour atteindre l’autosuffisance alimentaire.


En 2016 et 2017, des actions ont été menées pour créer dans neuf villages des « Neuf vitrines agricoles » qui sont des centres d’expérimentation, de démonstration et des relais de vulgarisation du développement durable en faveur des autres familles des villages concernés.

Compte tenu :

  • des résultats très satisfaisants obtenus,
  • des compétences avérées, de l’expérience acquise, des capacités techniques et de communication de l’équipe de développement composée d’un ingénieur agronome, chef de projet local et de cinq techniciens,
  • de la demande, motivation des familles des autres villages,

Il est opportun désormais de passer au stade beaucoup plus large de la vulgarisation agricole dans l’ensemble des 18 villages du district (population totale d’environ 23 000 habitants) pour toucher le maximum de familles (au moins 70%).

Enfants de Kélilalina

Pour appuyer l’équipe de développement, des Comités Locaux de Développement qui serviront de structures d’animation de proximité au niveau de chaque village, seront créés et dotés de semences, volailles, porcs permettant de faire des petites vitrines de démonstration.

Groupement de paysans

Des actions de sensibilisation, formation, appui-conseil, suivi-accompagnement, évaluation sont envisagées pour :

  • Constituer les Comités Locaux de Développement et des groupements de paysans.
  • Former les agriculteurs aux techniques agricoles et à la gestion de l’exploitation.
  • Développer les capacités productives des familles d’agriculteurs par une intensification et une diversification durables des productions.
  • Mettre à leur disposition des moyens de production améliorés (semences de qualité, plants, arbres fruitiers, cheptel).
  • Renforcer la fertilisation des sols par la fabrication de compost organique et d’engrais verts.
  • Améliorer les soins et l’alimentation du bétail, principalement l’élevage aviaire et porcin.
  • Valoriser les différentes filières de production au niveau de chaque cellule familiale.
  • Étaler la production et les revenus (monétaires et non monétaires) sur toute l’année, avec des cultures de contre saison et de rente, afin de réduire la période dite « de soudure » et l’endettement chronique très important.
  • Créer un écosystème durable en privilégiant les potentialités naturelles que sont la terre et le travail.
Benja donne un cours sur la fertilisation
Volailles de Kélilalina pour les vitrines
Jardin potager
Fabrication de compost

Le programme de vulgarisation durera au moins cinq ans mais les financements sollicités sont ceux nécessaires pour deux ans seulement. En effet, à partir de 2020, l’association locale partenaire, Tino Aina, devrait acquérir l’autonomie financière pour payer les salaires de l’équipe de développement, grâce aux revenus de l’exploitation du géranium bourbon démarrée en 2015 sur les sites de Kélilalina et de Ihazolava ainsi que des autres activités génératrices de revenus

 Bénéficiaires

16 000 bénéficiaires (directs et indirects) environ, soit 70% de la population des villages sont concernés par le projet :

  • Familles d’agriculteurs volontaires pour participer aux actions de vulgarisation agricole et se former
  • Associations de Jeunes qui comprendront que l’agriculture familiale est une source de revenus et de développement durable et ne seront plus attirés par l’exode rural dans les villes. Ils pourront se former gratuitement, en pension complète, pendant une année au centre de formation agricole de Kélilalina qui fonctionne depuis 2015.
  • Enfants par le biais des cantines scolaires (créées dans chaque village qui participe à la vulgarisation) et des jardins potagers situés près des écoles. En effet, les jeunes doivent être impliqués car un changement progressif de mentalité et de comportement doit se faire avec eux.
  • Autres familles des villages concernés par le programme qui verront les réalisations, se sensibiliseront aux évolutions, auront confiance dans la démarche et seront intéressées et volontaires pour se former à leur tour et évoluer économiquement ; ils seront dans un second temps des bénéficiaires directs.
  • Familles des villages voisins qui s’approvisionneront en cultures vivrières, volailles, œufs. Ils comprendront aussi l’importance de la diversification des productions et certains seront demandeurs de formations ultérieures.
Cantine scolaire
Première promotion du centre de formation de Kélilalina
Kélilalina Octobre 2017

Des visites d’échange des pratiques culturales entre paysans malgaches seront organisées dans le district et éventuellement à l’extérieur pour renforcer les compétences de chacun et s’ouvrir à des projets novateurs ainsi qu’aux meilleures pratiques.

Des réseaux de groupement seront créés ultérieurement dans chaque village pour assurer la mise en œuvre d’actions communes, l’étude de projets de développement locaux dans les domaines de la santé, éducation, assainissement, eau potable, le suivi, les évaluations

 Financements

L’agence des Micros projets nous a encore fait confiance pour cette grande action de vulgarisation et a accordé 15 000 euros pour financer le projet dont le coût s’élève à presque 34 000 euros.

MERCI infiniment à l’AMP

Nous avions sollicité d’autres organismes pour un montant de 6 500 euros qui n’ont pas été accordés .
Cette somme manque donc pour mener à bien la totalité de ce projet et vous pouvez nous aider en faisant un don sur :

Dans les deux cas, vous recevrez un reçu fiscal et votre contribution ne vous coûtera qu’un tiers de la somme envoyée puisque nous sommes une association reconnue par l’administration fiscale d’intérêt général .

MERCI d’avance pour votre générosité !!!!

 Avenir de ce projet

Elaboration d’un plan programme de développement local.

Les Comités locaux de développement et les réseaux de groupements seront appelés à constituer des cellules de réflexion qui se pencheront sur les grands axes principaux du développement :

  • La valorisation des ressources naturelles existantes et de la potentialité locale dont l’eau, le sol,
  • Les infrastructures de développement se rapportant à l’agriculture, au transport, à la santé, à l’éducation
  • Les problèmes fonciers, l’insécurité
  • L’hygiène et l’assainissement
  • L’accès à l’énergie et à l’électricité

Vulgarisation agricole pour l’autosuffisance alimentaire

-- Notez cet article en lui attribuant des étoiles

5 votes



Portfolio

JPEG - 116.5 ko Bouton Don On

Commentaires



Amitié France Madagascar sur les réseaux sociaux



Navigation

Articles de la rubrique

  • Vulgarisation agricole pour l’autosuffisance alimentaire